Reggia Aeronautica - GORRINI Luigi ciel de gloire - histoire des as de l\'aviation de 1914 à nos jours
GORRINI Luigi


 

 

 



Né le 12 juillet 1917

 

Sergent-Major

19 victoires homologuées
9 avions ennemis endommagés


 


Grade Date
Unités
Arrivée Départ Fonction Secteur
Sgt
1939
Regia Aeronautica 1937 1939 Elève Pilote Italie
Sgt / Maj
1940
85e Squadriglia 1940 1940 Pilote France. Bataille d'Angleterre
   
85e Squadriglia 1941 1943 Pilote AFN. Libye. Tunisie
   
85e Squadriglia 04/43 09/43 Pilote Italie
     
1e Squadriglia ANR 09/43 19/45 Pilote Italie
     
Regia Aeronautica 1945 1979 Pilote Italie

Luigi Gorrini est né à Alseno dans la province de Piacenzale, 12 juillet 1917. Il s'engage dans la Regia Aeronautica en 1937. Il effectue son premier vol sur Fiat CR.32 le 5 mai 1939 sur le terrain de Castiglione del Lagos (Perugia). Son premier vol sur CR.42 a lieu quant à lui le 8 novembre 1939 à partir de l'aérodrome de Mondovis (Cuneo). Après avoir obtenu ses ailes, il est affecté à la 85e Squadriglia ”Ocio Che Te Copo” / 18e Gruppo / 3e Stormo en qualité de Sergent pilote. Il servira avec cette même unité jusqu'à l'armistice du 8 septembre 1943 et combattra sur tous les front sur lesquels l'Italie sera engagée. Alors qu'il vole à Mondovis, il fait la connaissance de Giuseppe Ruzzin qui vient de participer à la guerre d'Espagne. Ce dernier prend alors Gorrini sous son aile afin de lui transmettre une partie de l'expérience acquise au combat.

Avec son unité, il participe à la courte Campagne de France en juin 1940 puis à la Bataille d'Angleterre, période pendant laquelle le 18e Gruppo est temporairement rattaché au 56e Stormo. Il est alors basé à Ursel (Base Saturn). C'est ainsi qu'il prend part à la grande bataille du 11 novembre 1940 au-dessus de Harwich, ainsi qu'à la grande mission de chasse libre sur l'Angleterre du 23 novembre. Lorsque le 18e Gruppo retourne en Italie en janvier 1941, il est immédiatement envoyé en Afrique du Nord dans des conditions logistiques et météorologiques déplorables. Les appareils ne sont pas encore équipés de filtres tropicaux et les moteurs souffrent beaucoup en raison de l'infiltration de sable.

Giorrini remporte sa première victoire en Libye, en abattant le 16 avril 1941 un des premier Beaufighter opérant sur ce théâtre des opérations. Ce jour là, il décolle de l'aérodrome de Derna (Cirénaïque) à 7 heures 30 pour une patrouille au-dessus des ports de la côte, à une altitude de 3500 mètres. Deux appareils ennemis sont interceptés et après un combat intense l'un des appareils est abattu et l'autre endommagé. Il rentre finalement à Derna à 9 heures 15 après avoir utilisé 1100 cartouches. Le 29 juin, il décolle de l'aérodrome de Benghazi K2 (Cirénaïque) à 16 heures 10 pour une patrouille au-dessus des navires, du port et de la ville de Benghazi à une altitude de 8100 mètres. Un appel radio lui signale la présence d'appareils ennemis. Il se lance alors à la poursuite de Blenheim Britanniques et après un combat intense, il revendique une nouvelle victoire avant de perdre conscience quelques instants en raison du manque d'oxygène. Il parvient toutefois à se ressaisir et atterrit à 18 heures 15 après avoir utilisé 1375 cartuches. Dans un premier temps, il ne revendique qu'une victoire probable mais celle-ci sera confirmée ultérieurement.

Il lui faudra attendre le 2 janvier 1943 pour accrocher une nouvelle victoire à son palmarès en abattant un P-40 au-dessus de Sirte et en endommageant un Spitfire au cours du même combat alors que lui-même vole désormais sur Macchi MC.202 Folgore à l'occasion de la Campagne de Tunisie. A l'occasion de son déploiement en Tunisie, le 18e Gruppo est rattaché au 3e Stormo. Le 11 janvier 1943, des MC 200 du 13e Gruppo attaquent les aérodromes britanniques situés dans le secteur de Uadi Tamet. Les chasseurs bombardiers charhés de l'attaque sont escortés par des MC 202 du 18e Gruppo. Quatre appareils de la 95e Squadriglia, placés sous le commandement du Capitaine Giorgio Solaroli, sont tout particulièrement chargés de la protection rapporchée des MC 200. Un peu au-dessus se trouvent 6 appareils dirigés par le Major Gustavo Garetto. Enfin, en couverture haute, entre 6000 et 7000 mètres, se trouvent 6 autres appareils du 23e Gruppo commandés par le Capitaine Mario Rigatti et 6 autres commandés par le Lieutenant-Colonel Tito Falconi. Les appareils italiens sont interceptés par ceux de la RAF mais les chasseurs du 18e Gruppo parviennent à protéger les MC 200 au prix de la perte des appareils des Slt Telleschi et du Major Garetto ainsi que d'un MC 200. Les 3 pilotes parviennent cependant à évacuer en parachute. Le pilote du MC 200 parviendra à regagner les lignes Italiennes mais les deux chasseurs seront capturés (Il est probale que ces deux pilotes ait été les victime du Flying Officer Neville Duke du 92 Squadron à bord du Spitfire Mk.Vb EP338 ‘QJ-S’ - victoires 8 et 9).

L'attaque Italienne se révèle cependant être un succès avec la destruction des réserves de carburant, d'un appareil de transport surpris au roulage, et de plusieurs appareils parqués sur les aérodromes britanniques. Par ailleurs 6 Spitfire sont revendiqués en combat aérien. Une victoire est attribuée à Giorgio Solaroli, une au Sergent Luigi Gorrini (plus 1 endommagé) et un troisième pour Maresciallo Longhi, dont l'appareil est en retour endommagé à plusieurs reprises. Les Italiens revendiquent aussi avoir endommagé 9 appareils Britanniques.

L'unité quitte la Tunisie au début du mois d'avril 1943 et retourne en Italie. Luigi Giorrini effectue son dernier vol sur Fiat CR 42 le 9 mars 1943. Ce vol qui est un vol de transfert se déroule entre l'aérodrome Alitalia airfield (Torino) et l'aérodrome de Ciampino (Rome) à une altitude de 1500 mètres. Gorrini appréciait les qualités de cet appareil même s'il le trouvait lent. De retour en Italie, la 85e Squadriglia change de monture et passe sur Macchi MC.205 Veltro et prend part à la défense de l'Italie. Peu après, il est interdit de vol en raison d'une irritation oculaire. Le 19 juillet, de retour au combat, il revendique un B-24 et un P-38 détruits et un autre P-38 endommagé au-dessus de Rome. Le lendemain, il revendique deux autres P-38 dont 1 endommagé. Le 13 août, c'est un B-24 qui est abattu au large des côtes à Ostia dans la Région de Lazio mais il est lui-même abattu par les tirs défensifs du bombardier et il doit abandonner son appareil en utilisant son parachute. Nouvelle victoire le 26 août, sur un Spitfire. le lendemain, le Stormo tout entier décolle sur alerte pour intercepter des bombardiers quadrimoteurs qui attaquent Cerveteri. Au cours du combat, Gorrini revendique 2 B-24. Une aile de son MC.205 est endommagé lorsque l'une de ses mitrailleuses, chauffée à blanc, explose. A court de carburant, il parvient toutefos à se poser. Les 29 et 30 août, il remporte 3 nouvelles victoires et se voit cité à l'ordre du jour le 30 août :

“ Le Sergente Maggiore Luigi Gorrini da Alsen (Piacenza) du 3e Stormo de Caccia s'est particulièrement distingué au cours des combats aériens qui se sont déroulés entre le 27 et le 29 août 1943, combats au cours desquels il a abattu 2 bombardiers quadrimoteurs et deux chasseurs bimoteurs.”

Le 31 août, il décolle de l'aérodrome de Palidoro (Rome) à 12 heures à bord de son MC.205V. Il prend la direction de Naples et negage le combat avec des bombadiers ennemis une fois arrivé à proximité de la ville. A 8500 mètres, il engage le combat avec les Spitfire de l'escorte et parvient à abattre l'un d'entre eux et à endommager un P-38. Son propre appareil est cependant sérieusement touché et il doit effectuer un atterrissage forcé non loin de sa base à 12 heures 50. Sérieusement blessé, il est hospitalisé et ne peut reprendre le combat avant l'armistice du 8 septembre 1943. Au cours de ce dernier combat, le 85e Squadriglia revendique la destruction de 3 Spitfire avec 5 autres endommagés.

Le 23 décembre 1943, Gorrini rejoint l'Italiana Aeronautica Nazionale Repubblicana (ANR) et rejoint la 1e Squadriglia / 1e Gruppo où il continue à voler sur MC.205. A cette époque, l'unité est sous le commandement du Capitaine Adriano Visconti et basée sur l'aérodrome de Lagnasco (Cuneo). Ce jour là, Gorrini décolle avec un MC.205V à 10 heures 15 et il est déclaré apte au combat. Il revendique 4 victoires avec l'ANR, la première en date du 30 janvier 1944 (P-47) suivie d'un P-38 le lendemain. Le 11 mars, c'est un B-17 qu'il revendique avant de cloturer son palmarès avec un P-47 en guise de 19eme victoire le 6 avril 1944. Il endommage un dernier appareil le 25 mai. Il est à nouveau abattu en combat aérien par un P-47 et sérieusement blessé le 15 juin 1944 et ne revolera pas avant la fin de la guerre. Au cours de sa période au sein de l'ANR, il volera sur Macchi MC.205V et Fiat G.55.

Au cours de sa carrière de pilote de guerre, Gorrini aura été abattu 4 fois et blessé à deux occasions. Il recevra 2 Médailles d'Argent de la Valeur Militaire ainsi que la Croix de Fer 2eme et 1ere Classe. En 1958, il recevra la Médaille d'Or et sera le seul pilote ayant servit dans l'ANR à recevoir cette distinction après guerre pour ses mérites au combat au cours de la période 1939 - 1943. Au total, Giorrini aura revendiqué 19 victoires même si toutes ne firent pas l'objet d'une reconnaissance officielle !

Après guerre, il rejoindra la nouvelle Armée de l'Air et servira jusqu'en 1979.

 


Médaille d'Or de la Valeur Militaire
Médaille de Bronze de la Valeur Militaire (x 2)
Croix de Guerre
Médaille Commemorative 1939 / 1943
Médaille Commemorative 1943 / 1945
Croix de Fer 2eme Classe
Croix de Fer 1ere Classe
 

 

 

 

   

 

 


 

VICTOIRES
Date Heure Revendic Type Unité Avion d'arme Unité Lieu   Référence
16.04.41 Détruit Beaufighter
Fiat CR 42 85a Squadriglia Derna
1
(-) Gorrini Luigi
16.04.41 Endommagé Beaufighter
Fiat CR 42 85a Squadriglia Derna
-
(-) Gorrini Luigi
29.06.41 Détruit Blenheim
Fiat CR 42 85a Squadriglia Benghazi
2
(-) Gorrini Luigi
02.01.43 Détruit P-40
MC 202 85a Squadriglia Sirte
3
(-) Gorrini Luigi
02.01.43 Endommagé Spitfire
MC 202 85a Squadriglia Sirte
-
(-) Gorrini Luigi
11.01.43 Détruit Spitfire
MC 202 85a Squadriglia N/NO Tamet
4
(-) Gorrini Luigi
11.01.43 Endommagé Spitfire
MC 202 85a Squadriglia N/NO Tamet
-
(-) Gorrini Luigi
19.07.43 Détruit B-24
MC 205V 85a Squadriglia Rome
5
(-) Gorrini Luigi
19.07.43 Détruit P-38
(1) MC 205V 85a Squadriglia Rome
6
(-) Gorrini Luigi
19.07.43 Endommagé P-38
(1) MC 205V 85a Squadriglia Rome
-
(-) Gorrini Luigi
20.07.43 Détruit P-38
MC 205V 85a Squadriglia -
7
(-) Gorrini Luigi
20.07.43 Endommagé P-38
(2) MC 205V 85a Squadriglia -
-
(-) Gorrini Luigi
13.08.43 Détruit B-24
MC 202 85a Squadriglia Ostia
8
(-) Gorrini Luigi
26.08.43 Détruit Spitfire
(3) MC 205V 85a Squadriglia -
9
(-) Gorrini Luigi
27.08.43 Détruit B-24
MC 205V 85a Squadriglia Cerveteri
10
(-) Gorrini Luigi
27.08.43 Détruit B-24
MC 205V 85a Squadriglia Cerveteri
11
(-) Gorrini Luigi
29.08.43 Détruit P-38
MC 205V 85a Squadriglia -
12
(-) Gorrini Luigi
29.08.43 Détruit P-38
MC 205V 85a Squadriglia -
13
(-) Gorrini Luigi
29.08.43 Endommagé P-38
MC 205V 85a Squadriglia -
-
(-) Gorrini Luigi
29.08.43 Endommagé P-38
MC 205V 85a Squadriglia -
-
(-) Gorrini Luigi
29.08.43 Détruit B-17
(4) MC 205V 85a Squadriglia Frascati
14
(-) Gorrini Luigi
31.08.43 Détruit Spitfire
MC 205V 85a Squadriglia Naples
15
(-) Gorrini Luigi
31.08.43 Endommagé P-38
MC 205V 85a Squadriglia Naples
-
(-) Gorrini Luigi
30.01.44 Détruit P-47
(5) MC 205V 1o Gruppo ANR -
16
(-) Gorrini Luigi
31.01.44 Détruit P-38
(6) MC 205V 1o Gruppo ANR -
17
(-) Gorrini Luigi
11.03.44 Détruit B-17
(7) MC 205V 1o Gruppo ANR -
18
(-) Gorrini Luigi
06.04.44 Détruit P-47
(8) MC 205V 1o Gruppo ANR -
19
(-) Gorrini Luigi
25.05.44 Endommagé B-17
(9) MC 205V 1o Gruppo ANR -
-
(-) Gorrini Luigi

 

(1) le 18e Gruppo revendique 5 B24 et 2 P38 pendant la journée mais l'USAAF ne reconnait aucune perte ce jour là.
(2) Aucun P-38 n'aurait été perdu durant ce combat
(3) Aucun B-24 n'aurait été perdu durant ce combat
(4) Aucun B-17 n'aurait été perdu durant ce combat
(5) Visiblement non attribué à Giorrini
(6) Visiblement non attribué à Giorrini?. Pas de perte de P-38 sur l'Italie ce jour là
(7) Visiblement non attribué à Giorrini par la Luftwaffe, seulement par l'ANR
(8) Visiblement non attribué à Giorrini. Pas de P-47 perdu ce jour là sur l'Italie
(9) Visiblement non attribué à Giorrini

 



Sources

http://surfcity.kund.dalnet.se/italy_gorrini.htm